Ni juge ni soumise

Archive

Ni juge ni soumise

De Jean Libon Yves Hinant | Belgique, France | 2018 | 1h39

Diffusion(s): Mardi 24/4 à 20h

En présence de : Yves Hinant et la juge d'instruction Anne Gruwez


Ni Juge ni soumise est le premier long-métrage StripTease, émission culte de la télévision belge. Pendant 3 ans les réalisateurs ont suivi à Bruxelles la juge Anne Gruwez au cours d’enquêtes criminelles, d’auditions, de visites de scènes de crime. Ce n’est pas du cinéma, c’est pire.

En présence d’un des réalisateurs, Yves Hinant et de la juge d’instruction Anne Gruwez

Anne Gruwez ne s’arrête jamais. Juge d’instruction à Bruxelles, elle nous entraîne sans façon au sein de ses enquêtes criminelles où rien ne nous sera épargné : scènes de crime, photos des victimes, exhumation d’un cadavre pour un prélèvement d’ADN, cavernes d’Ali Baba où s’entassent les pièces à conviction. Nous voilà pris de plain-pied dans un univers qui a tout du polar. Nous y côtoyons le fonctionnement de la justice, le cheminement d’une enquête avec ses impasses, ses montagnes à déplacer, l’émergence d’un réel sans complaisance.

Anne Gruwez est entière et ne mâche pas ses mots. Lors des auditions, elle engueule vertement certains prévenus, distribue à tour de bras menaces et leçons de morale. C’est elle qui aura toujours le dernier mot. Elle terrasse avec sa verve, son aplomb, son sens de l’humour et son second degré.

Et le film de nous délivrer toute une humanité blessée, des personnages aux abois et des représentants du pouvoir judiciaire qui tentent, avec les moyens du bord, de s’y retrouver, de remettre un peu d’ordre dans une réalité sociale qui les dépasse. Une incroyable tranche de vie qu’on ne risque pas d’oublier.

Pour apprécier à sa juste valeur toute la puissance et la saveur de ce documentaire, il n’est pas inutile de se rappeler que les réalisateurs mettent en scène le réel ; ils le choisissent, le manipulent pour mettre en valeur des personnages, saisir des scènes cocasses et savoureuses, arpenter le fil du rasoir d’une situation dramatique. Voici d’ailleurs un extrait de leur note d’intention :

« Notre écriture, c’est une comédie à sa manière, grâce à des séquences mêlant l’humour noir, l’absurde, l’amertume des situations, parfois un peu de vulgarité, de la poésie, du désespoir, le tout ancré dans notre époque. Il s’agit de scandaliser ou de faire rire en mettant le doigt là où ça fait mal. Il s’agit de montrer des situations tragicomiques contemporaines.

Nous scénarisons le réel, traquons notre quotidien en dénichant des personnages et des anecdotes de toutes catégories sociales, culturelles ou professionnelles confondues ». in, Les Grignoux