Zibilla ou la vie zébrée

Zibilla ou la vie zébrée

De Martina Svojikova, Isabelle Favez, Marjolaine Perreten,... | France, Suisse, Belgique | 2019 | 49 minutes

Diffusion(s): Lundi 21 décembre à 10h



Âge conseillé : à partir de 3 ans

Après Loups tendres et loufoques, les tout petits spectateurs pourront suivre les aventures d’un tas d’autres animaux (du zèbre à la girafe, en passant par les animaux de la forêt) dans ce programme de trois courts métrages élaborés autour du thème de la solidarité

Zibilla, jeune zèbre adoptée par des parents chevaux, subit des moqueries dans sa nouvelle école. Elle en vient à détester ses rayures ! Quand on lui vole son doudou, ni une ni deux, elle part à sa recherche et l’aventure commence… C’est en compagnie d’un pauvre cheval déguisé malgré lui en fauve que Zibilla va commencer à reprendre confiance en elle et à accepter sa vraie nature. Zibilla est précédé de deux autres courts métrages : Tout là-haut, dans lequel on suit un girafon qui perd sa famille en forêt et fait la rencontre d’autres animaux, ainsi que Le dernier jour d’automne, où l’on découvre que des animaux de la forêt construisent des véhicules adaptés à leurs gabarits, dans le but de participer à une grande course qui aura lieu avant l’arrivée de l’hiver.

Séance organisée en partenariat avec la MCFA dans le cadre de Noël au Théâtre et dans le cadre du Festival CinéMômes, avec le soutien de La Quadrature du Cercle

“Zibilla est une co-production entre la Suisse, la France et la Belgique. D’une durée de 49 min, ce joli programme comprend Tout là-haut de Martina Svojikova, Le Dernier Jour d’automne de Marjolaine Perreten et Zibilla ou la vie zébrée de Isabelle Favez.

Premier court métrage de la programmation, Tout là-haut de Martina Svojikova, entretient avec Zibilla ce même regard qu’on peut porter sur les problèmes liés à la différence. Ce joli conte de 13 minutes bénéficie d’une animation destinée aux petits et est basé sur de la 2D et du papier découpé. Nous assistons à la promenade d’une famille de girafes dans une forêt, tout se passant normalement jusqu’au moment où le girafon s’éloignera et se perdra, rencontrant alors les habitants. Touchant certaines cordes sensibles dont la différence, la migration des populations ou la solitude des individus, Tout là-haut confronte les animaux « exotiques » aux habitants de nos forêts.

Le Dernier Jour d’automne de Marjolaine Perreten, bénéficie d’une animation 2D par ordinateur et dure 7 min. Il nous frappe de part sa candeur et sa simplicité, nous ramenant vers notre enfance avec ce beau récit. Dans une approche « naturaliste » il voit divers habitants de la forêt se préparer à l’arrivée de l’hiver et pour ce faire préparent une course en usant de détritus abandonnés par l’homme, allant du cadre de vélo à un complet bric à brac. Au delà du discours écologique, il nous offre une histoire presque sereine, que viennent seulement troubler les préparatifs de leur course.

Enfin, parabole sur la solidarité et le courage, Zibilla (ou la vie zébrée) propose une aventure destinée aux jeunes enfants encore, mais sans ce regard condescendant ou décalé, ce qui en fait un programme intelligent et pédagogique. Ce court métrage de 26 minutes en 2D (ordinateur) accompagne l’arrivée en ville d’une jeune zèbre, qui se verra confrontée aux regards des autres, mettant ainsi le doigt sur les problématiques de la différence ; le tout marqué de péripéties intelligemment menées. C’est sa réalisatrice et conceptrice, Isabelle Favez – sans omettre de souligner que c’est elle qui a pensé et dessiné les personnages – qui a mené avec maestria ce projet d’un bout à l’autre, avec une petite équipe, soulignant ici encore le caractère quasi familial (elle travaille également avec son conjoint) loin des studios auxquels nous sommes souvent habitués!

Destinées avant tout à un public jeune, ces histoires semblent porter via les animaux qui sont mis en scènes, ce regard finalement empli d’humanité, et qui même si le traitement avec des animaux n’est certainement pas une nouveauté en soi, renvoient à des préceptes presque philosophiques et humanistes, assimilables et donc compréhensibles par de tout jeunes enfants. Visuellement très aboutis, les trois métrages ne sont pas que des empilages de techniques allant du papier découpé à la 2D, mais ils respirent une poésie évidente qui les rend particulièrement beaux ! Une mention spéciale à l’animation et au rendu du Dernier Jour d’automne, dont les couleurs, les personnages et la trame plus condensée nous touchent particulièrement.

Zibilla, est une anthologie de trois courts métrages pour enfants – et adultes, insistons bien sur ce point..
Toute notre reconnaissance aux artistes inspirés et aux réalisatrices qui ont mené à son terme ces trois projets, et n’oublions pas de remercier les producteurs qui ont osé investir, représenter et vendre ce projet.” In cinemaradio.net

https://www.cinemaradio.net/news/zibilla-une-anthologie-de-courts-metrages-d-animation-138